Visites sur rendez-vous : 

amandineceramique@gmail.com 

06 24 82 24 72

Informations pratiques et touristiques ici

Pourquoi le Raku?

Le Raku est pour moi la quintessence du potier. Le travail de la terre est pour moi étroitement lié à la nature et à ses éléments. C'est pour cela que j'ai choisi de faire du Raku.

 

Le Raku est une technique de cuisson de la céramique développée au Japon au 16ème siècle, essentiellement dédiée à la fabrication de bols pour la cérémonie du thé. Cette technique permet un contact tout particulier avec les éléments naturels : la terre, l'eau, l'air, le feu, le bois et les métaux.

Je tourne la plupart de mes pièces. Après un premier séchage sous haute surveillance, je leur fais un pied (à nouveau avec le tour). Puis, elles sont nettoyées précautionneusement. Je rajoute ensuite de la matière : barbotine (argile liquide), plus ou moins épaisse, avec plus ou moins de chamotte, selon les outils utilisés. Ensuite les pièces retournent au séchoir, jusqu'à ce que leurs consistances soient adéquates pour recevoir le décor. J'utilise des engobes grésés que je prépare moi-même (recettes personnelles) avec des oxydes colorants et métalliques. Après un dernier séchage, je les fais cuire dans un four électrique à 1000°.

Après 24h de cuisson, je peux les émailler et préparer la cuisson Raku. Cette cuisson se fait dans un four à gaz. Après quelques heures, lorsque la température du four a atteint 1000°, je sors les pièces incandescentes. Le choc thermique avec la température extérieure fait craqueler l'émail. Rapidement, je les dépose dans des copeaux de bois et jette des copeaux par-dessus. Le tout prend alors feu. Puis je ferme le contenant et laisse le feu et sa fumée travailler.

La combustion créé du carbone. Celui-ci va venir se fixer partout où il n'y aura pas d'émail et donc dans les craquelures. L'absence d'oxygène modifie les couleurs de l'émail, les oxydes métalliques s'irisent, le carbone dégagé par la combustion des matières organiques pénètre les craquelures de l'émail et y dessine de subtils réseaux noirs.

Le résultat de ce type de cuisson dépend beaucoup de la météo (pression atmosphérique, température, vent, etc.…), des essences de bois utilisées et du temps d'enfumage (de la patience de la potière).

Tous ces facteurs en font des pièces singulières et uniques. Enfin, viens le temps de la découverte du résultat.

En effet, à la sortie de l’enfumage, les pièces sont noires et ce n’est qu’au cours de la vaisselle qu’elles se révèlent.